Endométriose : c’est décidé j’arrête de souffrir

L’endométriose vous fait énormément souffrir, votre vie est impactée, vos activités sont rythmées par vos douleurs. Vous en avez marre de souffrir. Peut-être avez-vous également un transit intestinal perturbé et invalidant. Si vous voulez enfin aller mieux et retrouver une meilleure qualité de vie, alors cet article est fait pour vous car nous allons voir des solutions concrètes pour limiter le développement de l’endométriose et apaiser vos douleurs. Nous allons explorer la problématique des perturbateurs endocriniens qu’il faut absolument limiter. Bonne lecture !

Endométriose : pourquoi tu me fais autant souffrir !?

Vous souffrez d’endométriose et c’est votre cycle menstruel qui règle votre vie. Vos règles sont là, il ne faut surtout pas prévoir de sortie, pas de déplacement professionnel, pas d’activité sportive. Et oui c’est une période où vous êtes certainement pliée en deux avec de fortes douleurs. Votre système digestif est peut-être même perturbé. Vous vous reconnaissez ?

 

Ces problèmes je les connais tellement bien !! Moi-aussi je souffre d’endométriose.

 

Les symptômes sont nombreux : douleurs de règles (dysménorrhées), douleurs pelviennes, troubles digestifs, envie d’uriner fréquemment, rapport sexuel douloureux (dyspareunies)…

 

70% des femmes souffrant d’endométriose ont des douleurs invalidantes.

 

Cela peut entraîner des incapacités de travail. L’infertilité est présente chez 20 à 50% des femmes atteintes d’endométriose.

 

L’endométriose est une maladie chronique inflammatoire. Du tissu d’endomètre va se retrouver ailleurs que dans l’utérus et c’est pour ça que vous avez mal à plusieurs endroits et non pas juste dans le bas ventre au moment des règles ou de l’ovulation. Certaines femmes ont même des symptômes tout au long du cycle.

 

Je vous invite à lire mon article Endométriose : trouver enfin des solutions pour plus de détail.

Les perturbateurs endocriniens en cause

Il y a bien sûr l’alimentation comme je vous l’ai présenté dans l’article : Endométriose : adapter son alimentation est indispensable, mais d’autres éléments sont aussi à explorer comme les perturbateurs endocriniens.

 

Quand on parle de perturbateurs endocriniens, on voit le lien avec l’alimentation mais il n’y a pas que l’alimentation qui peut nous apporter des perturbateurs endocriniens.

Qu’est-ce qu'un perturbateur endocrinien ?

Définition de l’Organisation Mondiale de la Santé de 2012 et acceptée par la Commission Européenne : « Un perturbateur endocrinien est une substance ou un mélange de substances, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)-populations ».

Pourquoi parler de perturbateurs endocriniens dans l’endométriose ?

Les perturbateurs endocriniens vont venir interférer avec nos hormones. Ils peuvent mimer l’action d’une hormone, bloquer son fonctionnement ou affecter la production et la régulation des hormones.

 

Dans l’endométriose, les hormones qui nous intéressent sont les œstrogènes. Les perturbateurs endocriniens peuvent venir interférer avec nos œstrogènes et peuvent donc favoriser le développement de lésions d’endomètre. On parle alors d’endométriose.

Comment éviter les perturbateurs endocriniens ?

Les perturbateurs endocriniens sont pour certains produits par l’humain : pesticides, molécules présentes dans les emballages, substances chimiques de l’industrie, pollution environnemental, produits ménagers, cosmétiques, additifs

 

Il est donc important de mettre en place des réflexes pour les limiter le plus possible.

Les dioxines

Ce sont des perturbateurs endocriniens que l’on trouve beaucoup dans l’environnement. Ce sont des polluants organiques.

 

On peut donc en retrouver dans les aliments et surtout les aliments gras et d’origine animale (fromage, beurre, crème, charcuterie, viandes grasses…).

Les PCB

Ce sont les polychlorobiphényles. Ces perturbateurs endocriniens peuvent contaminer nos aliments.

Les aliments concernés sont ceux d’origine animale et les plus riches en graisses : fromage, le beurre, la crème, la charcuterie, la viande, le thon, la carpe…

Les bisphénols A

On peut retrouver ce perturbateur endocrinien dans les plastiques, les boîtes de conserve, les cannettes. Ils sont interdits en France depuis 2015. Mais on peut retrouver tout de même d’autres types de bisphénols

 

Les PFOA

C’est l’acide perfluorooctanoïque. On le retrouve dans les revêtements adhésifs des poêles et casseroles par exemple.

Les phtalates

Ces perturbateurs endocriniens se retrouvent dans les films étirables, les barquettes d’emballages des aliments, les boîtes plastiques pour les gamelles du midi par exemple. Aujourd’hui les industriels ne devraient plus en utiliser.

Les produits phytosanitaires

Les pesticides sont aussi des perturbateurs endocriniens. Il faut donc privilégier le bio.

C’est décidé j’arrête d’avoir mal !

Vous en avez marre de souffrir, d’avoir une vie dégradée et rythmée par les douleurs, il faudra alors mettre en place les bons réflexes et cela passe par la limitation des perturbateurs endocriniens et la mise en place d’une alimentation adaptée.

Et concrètement ?

Les changements devront se faire progressivement et durablement. Un accompagnement adapté est la clef de la réussite pour ne pas entraîner de frustration, trouver une organisation optimale, trouver des alternatives à vos habitudes actuelles.

Imaginez, vous ne savez pas ce qu’il serait pertinent de mettre en place pour vous donc vous supprimez beaucoup de choses, avec en conséquence, de très nombreuses contraintes pour vos repas et votre vie quotidienne. Une charge mentale supplémentaire avec beaucoup de stress. Je pense que vous n’avez pas besoin de cela en plus. Quelle galère de manger dans ces conditions !!! Je pense que vous serez d’accord sur ce point.

 

Les modifications alimentaires et d’organisation se feront sur la base d’un échange afin de personnaliser mes conseils, trouver des alternatives concrètes. La progressivité dans les changements d’organisations et alimentaires sera indispensable.

L’accompagnement est donc indispensable pour ne pas tomber dans la restriction, les frustrations et peut-être même risquer des carences si votre alimentation n’est pas adaptée à votre organisme.

 

La phase d’observation prendra plusieurs mois, pendant lesquels je vous accompagnerai au travers de rendez-vous (cabinet ou en visio) et également entre les consultations grâce à l’application MonSuiviDiet (gratuite pour vous).

Comment être accompagné ?

Soit, vous n’avez pas encore eu de diagnostic mais vous vous sentez concernée. Il est donc temps d’en parler à votre gynécologue.

 

Soit, le diagnostic d’endométriose est posé et un accompagnement est donc indispensable pour retrouver une meilleure qualité de vie, pour limiter la progression de la maladie, arrêter de souffrir.

 

Comme nous l’avons vu, plusieurs choses peuvent être explorées et une alimentation adaptée à l’endométriose et à vous personnellement est indispensable. La micronutrition peut également être intéressante pour vous, pour compléter les modifications de l’assiette.

 

Avec un accompagnement adapté et personnalisé, vous aurez à la clef moins de douleurs, plus de confiance en vous, vous serez plus sereine pour accepter des invitations chez des amis, la famille, pour aller aux restaurants, pour pratiquer votre activité sportive.

 

Avec un accompagnement adapté et personnalisé, vous aurez une alimentation santé et adaptée à votre endométriose, vous saurez quoi manger pour prendre soin de vous et retrouver un confort de vie.

J’utilise l’application MonSuiviDiet, gratuite pour le patient, pour permettre de garder le contact entre les consultations. Elle vous permettra de vous faciliter le suivi de vos repas, de vos symptômes. Pour un accompagnement efficace.

Si vous vous êtes reconnue au travers de cet article et que vous voulez mettre en place une organisation et une alimentation personnalisée, et adaptée à l’endométriose, ne restez plus seule, je suis là pour vous accompagner.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Alexandra Balique

Centre de santé de Lévignac

8, rue du Parc

31530 Lévignac

06 63 09 76 20

-

alexandra@nutritionetvous.fr

SIRET : 83317938500020

ADELI : 319505194


AFDN Association Française des diététiciens - nutritionnistes

 

 

Je suis membre de l'Association Française des Diététiciens  - Nutritionnistes (AFDN).


Je suis membre du réseau ONCODIET (1er réseau de diététiciens libéraux en cancérologie).

 

diététicienne - nutritionniste carte bleue espèce chèque paypal